L’Orée

Une proposition de Jean-Baptiste André et Eddy Pallaro

Sur une commande du Festival Concordan(s)e

Partir de nos identités réelles, Jean-Baptiste le danseur, et Eddy l’auteur.
Observer ce qui nous constitue, nous façonne, à l’extérieur et à l’intérieur.
Puis flouter les biographies, les triturer, les tronquer, et petit à petit instituer un nouveau rapport.
Se mettre en mouvement l’un, l’autre, et par là même le spectateur.
Se réinventer grâce à la rencontre, à l’espace, au temps qu’elle offre, et glisser dans la fiction par le
pouvoir de la langue et des corps.
Être en équilibre constant entre ce que l’on est et ce que l’on pourrait être.
Devenir quelqu’un d’autre mais rester toujours soi. Qui ? Quoi ?
Et amener ceux qui nous regardent à participer à ce grand écart, à douter et à croire.
Interroger ce que l’on est, ouvrir les portes, faire entrer de l’air, pour devenir plus libres, multiple.
Faire participer les spectateurs à cette opération et qu’eux-mêmes deviennent acteurs.
Construire une odyssée qui nous incorpore tous auteur, danseur, spectateurs, et qui nous amène ailleurs.

Construire une errance.

Penser aux dimensions de temps et d’espace, de parole et de silence.
Deux personnages qui naviguent entre la retenue et l’affirmation de soi, artisans d’une épopée, maître d’oeuvre d’une fable.
Raconter une histoire. La construire petit à petit. Entrer sans s'en rendre compte dans la fiction et mettre en mouvement le spectateur.
Affirmer un certain minimalisme, un rapport brut et cru au langage et au corps.
Cela pourrait commencer par deux corps allongés sur le sol, épuisés par une longue marche,  en route vers l’orée.
L’orée, lieu de passage vers un ailleurs.
L'orée, c'est un risque, une inconnue, un monde que tu laisses derrière toi.
L’orée, ce pourrait-être le nom d’un territoire, d’un pays.
Qui sont ces deux-là l’un pour l’autre ? Comment  sont-ils arrivés là ?
 


Conception et interprétation Jean-Baptiste André et Eddy Pallaro
Collaboration artistique Mélanie Maussion
Régie générale Julien Lefeuvre
Diffusion Geneviève Clavelin
Administration, production Muriel Pierre

Production et soutiens (en cours)
Festival Concordan(s)e / Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France / Le Pont des arts, ville de Cesson-Sevigné / Théâtre Louis Aragon, Scène conventionnée de Tremblay-en-France / Espace 783, Nantes / Service culturel, Université Rennes 2.

Durée : 30 minutes
Dimension d’espace de représentation minimum : 6 x 6m
Espaces de représentation : médiathèques, plateau de théâtre, galerie, musée...
Forme légère et autonome techniquement. Adaptation lumière pour plateau.